Poster

Qu'y a-t-il de commun entre un sculpteur du 19e siècle et l'équipe de DICE ? Bien plus qu'on ne l'imagine. Invités à une exposition sur Auguste Rodin au Nationalmuseum de Stockholm, des membres de l'équipe de DICE ont pu rencontrer des amateurs des beaux-arts et discuter de la création de personnages dans l'espace numérique. Et il semble bien que les outils numériques utilisés pour la création de Faith Connors ne soient pas si différents que cela de l'argile, du plâtre et du bronze.

Pour ceux dont les souvenirs des cours d'éducation artistique sont flous, Auguste Rodin (1840-1917), artiste français, est largement considéré comme le père de la sculpture moderne. Bien que controversé et rejeté à ses débuts, Rodin marqua l'histoire de son empreinte avec plusieurs chefs d'œuvre.

Cent ans plus tard, trois des artistes de DICE responsables de la conception de Faith et du monde de Mirror’s Edge™ Catalyst se sont réunis autour des œuvres de Rodin : Madina Chionidi (concepteur graphique), Per Haagensen (concepteur graphique senior) et Emil Nilsson (animateur).

Fans à la fois de DICE et de Rodin, le public a eu la chance de poser au studio des questions sur la création numérique de personnages, et nous avons compilé ici certains des sujets abordés lors de ce panel.

Panel Audience

Quelles sont les similarités et les différences entre la sculpture classique et la sculpture numérique ?

Madina Chionidi: la sculpture numérique est en fait assez semblable à la sculpture traditionnelle. Parmi les différences majeures, citons la possibilité de sauvegarder et d'annuler une action, ou encore le fait d'avoir à sa disposition une quantité illimitée d'"argile" quand on travaille "en numérique".

On dispose aussi de quelques raccourcis bien pratiques. Par exemple, on peut créer un profil puis faire appel à une fonction "miroir" pour obtenir une symétrie. On peut ensuite rendre le visage ou le corps légèrement asymétrique pour lui donner plus de naturel.

Key Art

Pourriez-vous définir ce que vous avez voulu rendre en "sculptant" Faith ?

Per Haagensen : l'un des facteurs importants de la conception physique de Faith était de rendre ses compétences, sa confiance et son attitude d'une façon dynamique, sans qu'elle ait l'air un karatéka ou d'un super-héros.

Quand j'ai commencé à sculpter les "lignes directrices" du personnage, si l'on met de côté les aspects réalistes de son apparence, le plus important était de la faire poser avec suffisamment d'action, de tension et d'intérêt pour que le public éprouve de la curiosité pour cette personne (s'il n'en avait pas après le premier opus). Elle doit aussi paraître plus mûre que dans le premier jeu, ce qui a entraîné un travail sur son regard, plus concentré, avec peut-être moins d'insouciance pour la situation dans laquelle elle se trouve.

Quels outils utilisez-vous pour exercer votre métier ?

Per Haagensen : je travaille presque uniquement en numérique. Ce qui veut dire "peinture numérique" et "sculpture numérique". Cela dit, j'utilise constamment papier et crayon à l'heure de commencer le processus de création.

Les logiciels que nous utilisons permettent de commencer à dessiner directement en 3D, ce qui est vraiment génial. Auparavant, il y avait tout un processus très technique pour pouvoir créer des modèles en 3D, mais maintenant il est possible de se lancer dès que l'inspiration est là.

Emil Nilsson : pour ce qui est de l'animation, nous faisons appel à la technologie moderne mais aussi à des méthodes plus anciennes, comme les 12 principes de l'animation. Nous utilisons des logiciels professionnels d'animation 3D et beaucoup de capture de mouvements, mais miroirs et vidéos nous servent aussi beaucoup pour utiliser nos propres mouvements comme référence.

Quelles techniques et quels enseignements de l'art classique ont influencé votre travail sur Mirror’s Edge Catalyst et d'autres jeux ?

Madina Chionidi : chez DICE, c'était la première fois que je regardais des modèles de la vie réelle pour dessiner. Je crois que cela m'aide à devenir un meilleur artiste numérique, et je veux étudier davantage les "arts réels" pour m'améliorer dans ma profession.

Per Haagensen : je crois que la plupart des artistes qui réussissent dans le numérique ont souvent reçu une formation classique. Cela dit, étant donné que nous travaillons toujours avec un vrai crayon ou pinceau dans la main, que nous appliquons les mêmes capacités motrices que tout autre artiste, l'entraînement et la pratique restent les clés de la maîtrise. Le dessin, la maîtrise, les études techniques d'anatomie, le travail de la perspective sont encore présents dans tout ce que nous faisons.

Les techniques et les connaissances que je tire de tout cela ont rendu le passage à la sculpture numérique très facile, notamment grâce aux interfaces des outils de sculpture 3D récents très pratiques pour les artistes.

Avec le style réaliste de Mirror’s Edge Catalyst, l'utilisation spécifique des matériaux réfléchissants, et les dessins exclusifs, vos compétences sont vraiment mises à l'épreuve. Les débuts ont été délicats, mais le résultat final est si gratifiant, tant sur le plan du produit que nous avons maintenant comme sur ce que j'ai pu apprendre en tant qu'artiste.

Est-il difficile d'animer ces "sculptures" ?

Emil Nilsson : quand on crée du mouvement, il faut s'adapter aux attentes du joueur. Quand, dans la vie réelle, vous allez faire un saut, il y a une certaine anticipation du saut au moment où vous allez le réaliser, alors que dans les jeux vidéo, vous appuyez sur un bouton et vous exécutez votre saut de façon instantanée. C'est un petit défi au niveau de l'animation, et nous devons donc exagérer les mouvements pour les souligner, tout comme avec les sculptures de Rodin.

Collectors

Une statue de Faith de 35 cm et d'autres, inclues dans l'édition collector de Mirror’s Edge Catalyst

Pour terminer, créez-vous aussi sur votre temps libre ?

Madina Chionidi : j'adore dessiner. Des armes, notamment, avec beaucoup d'angles à 90 degrés et des formes parfaites.

Per Haagensen : dans mon temps libre, j'aime me concentrer sur des sujets plus fantastiques et plus éthérés. Je trouve aussi que faire de la musique est très bénéfique au processus de création.

Nous espérons que vous avez apprécié cet article, et que vous apprécierez les résultats des sculptures numériques de DICE lors de la sortie de Mirror’s Edge Catalyst, le 24 mai. Pour en savoir plus sur la création des visuels de Mirror’s Edge Catalyst, ne manquez pas cet article sur le processus d'élaboration de Faith.