Quand elle a acquis la version PC de Mirror’s Edge, Linnea Harrison avait déjà fini le jeu plusieurs fois sur console. Mais cette fois-ci, ce n'était ni pour la jouabilité, ni pour le scénario qu'elle a repris sa manette. Elle a voulu savoir comment était construit le logiciel. 

En examinant les fichiers, elle a analysé les pièces qui composaient Mirror’s Edge, afin d'apprendre comment créer des shaders, des textures et des modélisations 3D permettant de bâtir une ville réaliste. Aujourd'hui, Linnea est artiste niveaux sur Mirror’s Edge Catalyst, et elle répond à nos questions.

Sur quoi avez-vous travaillé, aujourd'hui ?

J'ai avancé sur la signalisation du parcours du joueur, grâce aux couleurs. Comme vous le savez, les couleurs vives et chatoyantes sont des éléments essentiels du célèbre univers graphique de Mirror’s Edge Catalyst, mais elles ont aussi d'autres fonctions : la couleur aide le joueur à naviguer d'un point A à un point B à travers Glass, et à savoir facilement où il se trouve dans la ville.

Quelles sont vos autres responsabilités, en tant qu'artiste niveaux pour Mirror’s Edge Catalyst ?

Je travaille avec nos concepteurs niveaux. Ils commencent par ébaucher le plan de base d'un lieu intéressant du jeu. Ensuite, j'habille et je retravaille la structure qu'ils ont créée pour qu'elle ait toute sa place dans la ville de Glass, en ajoutant des matériaux, des accessoires, et, bien sûr, les célèbres couleurs.

Ces matériaux et accessoires sont variés ; ce sont par exemple les tuyaux sur lesquels Faith se balance ou qu'elle escalade. Je dois les rendre identifiables et adaptés à tous les environnements. Le travail avec différents matériaux permet aussi de définir les zones de la ville. Les matériaux des quartiers riches seront brillants et luxueux, tandis que les districts plus vieux seront composés de béton et de matériaux mats.

Graphiquement, Mirror’s Edge Catalyst tend un peu vers l'art : est-ce une pression supplémentaire pour vous ?

Par chance, le premier Mirror’s Edge a eu une direction artistique très forte qui constitue aussi le cœur du style de Catalyst. En tant qu'artistes, nous pouvons créer un monde cohérent pour les explorations du joueur, tout en approfondissant les bases posées par le premier volet. L'univers graphique de Mirror’s Edge se différencie beaucoup du style des jeux actuels : il est à la fois réaliste et stylisé, ce qui ouvre beaucoup de possibilités artistiques.

J'ai toujours été attirée par le style graphique que l'on voit dans la ville de Glass, même dans mes projets personnels. J'aime me concentrer sur l'éclairage pour faire exploser des couleurs vives sur de grandes surfaces blanches et créer un espace chaud et un environnement unique.

Vous vivez dans Glass depuis plus d'un an, maintenant. Quelle relation entretenez-vous avec cette ville ?

Depuis un an, je vois Glass s'étoffer et se diversifier, bien davantage que ce que j'imaginais à l'origine. Nous rencontrons de nombreux défis, par exemple pour définir à quoi peut ressembler la ville, la nuit. Nous avons beaucoup travaillé sur l'apparence d'éléments comme les affiches, la pluie, ou la vie quotidienne. Glass n'est pas une ville morte, la nuit. Elle grouille d'habitants, de drones, d'oiseaux, etc. Cela crée une ambiance particulière dans la ville et nous aide dans notre processus de conception.

Qu'est-ce que vous préférez, dans votre travail ?

Le pouvoir de donner vie à un univers. C'est un sentiment génial, en partie parce qu'au début, on ne sait pas vraiment où tout cela va nous mener. On a bien des ébauches et des idées, mais quand on commence à ajouter les accessoires, l'éclairage et les touches de couleur sur les blocs gris, la vie apparaît, d'une manière étrange et merveilleuse. 

Que ferez-vous, lors du lancement de Mirror’s Edge Catalyst ?

Je plongerai sans doute à pieds joints dans le jeu, et j'observerai comment la communauté, qui est très douée, en relève tous les défis. Et comme je connais les secrets de Glass, il sera fascinant de suivre les joueurs dans leurs découvertes...

Vous avez éveillé notre curiosité... Quels sont ces secrets ?

Je ne dirai rien ! Mais en revanche, j'ai un conseil : pensez "verticalité". Vous pouvez prendre de nombreux itinéraires pour grimper ou tomber en toute sécurité, plutôt que de vous contenter d'un parcours à l'horizontale. Glass regorge de secrets, pour ceux qui sauront s'y intéresser.